Peintures

Parcours, terreau fécond en créativité

« Mes dernières peintures sont en majeure issues de la période dite « Hymne à la Vie » – merci à Mme Sibylle Heunert-Doulfakar pour cette expression. En efffet, je me considère comme « une artiste de la Vie », comme l’a (re)proclamé Joan Bel que je remercie aussi !

J’ai commencé à peindre dès l’enfance, bénéficiant, grâce à mes parents de deux cours. Le premier en séance individuelle avec une professeure pour pratiquer les pastels à Lasne, près de Waterloo, en Belgique. J’y note déjà une passion pour dessiner des soleils. Un second en cours, cette fois-ci en collectif à l’académie artistique de Wavre en Belgique pour dessiner et peindre. En outre, je me souviens avoir toujours remporté de bonnes notes au cours de dessin à l’école secondaire mais je ne pratiquais pas plus à cette époque qu’en jeune dilettante.

Une fois installée en Suisse Romande, je me réinscris quelques semaines à des cours collectif pour peindre à Lausanne. Parfois même reprendre la glaise.

Bien plus tard, une fois mariée, à un peu plus de 40 ans, en 2016, mon époux Arnaud Ripert m’a vraiment encouragée à reprendre la peinture. Il m’a offert pinceaux, acryliques, huiles, un joli tabouret et un beau chevalet. Je me suis attelée à reprendre l’un de mes premiers thèmes de prédilection : le soleil avec les cieux et j’y ai rajouté les montagnes. Le tout de manière assez abstraite. Or, la mort de Papa, Etienne Favarger en mars 2016 m’a, je dois le dire, arrêtée dans mon élan.

Ensuite, en 2017, des problèmes de santé survenus du côté familial, notamment du côté de ma Maman – Hélène Favarger qui, depuis s’en est rétablie – ont intimé un ordre de priorités critiques sur la famille et les activités professionnelles qui me tenaient à coeur. Je me suis concentrée sur le déploiement de l’écosystème de la Fondation aaa qui oeuvre à la construction de ponts et d’alliances socio-économiques ainsi qu’aux liens entre les générations. Dans le cadre de ma société @ma Table & Co, j’ai initié et me suis consacrée à un autre beau projet serti dans le cadre chaleureux des Petits Noëls de la Fondation en 2017 et 2018 lors des « Salons, We as One » conçus, déployés, programmés et animés par mes soins.

C’est du reste durant ces 2 années que j’ai représenté brièvement 1 peintre contemporain Lausannois, Musto.

Ensuite, en août 2018, âgée de 43 ans, je suis frappée par un cancer du sein bilatéral (2 tumeurs, à gauche et à droite), heureusement sans métastases, j’entame tout un marathon de protocole de traitements. Concrètement, cela représente le scénario dit le plus lourd avec 10 mois de séances + plusieurs mois de post-traitements. J’ai commencé par une opération sous narcose, 2 tumeroctomies (ablation des tumeurs et des ganglions), poursuivi avec 16 chimios et achevé le processus avec 28 radiothérapies. Enfin, subsiste l’hormonothérapie (1 injection mensuelle et 1 pilule par jour), et l’ablation du porth-à-cath avec au total, une centaines de rdvs médicaux auxquels m’a accompagné fidèlement mon mari Arnaud – qu’il en soit honoré ! Je suis soutenue ses soins, par Maman, certains membres de la famille, les amis et des centaines de connaissances amicales, professionnelles. Il se fait qu’en dehors des séances médicales … j’ai du temps … et comme … quelle grâce … je ne suis pas aussi fatiguée que beaucoup de personnes qui témoignent quant à elles d’effets secondaires négatifs plutôt « plombants » … je me sens poussée … viscéralement à reprendre les pinceaux … comme une évidence, un pan de ma résilience … un hymne à la Vieun alléluia … incarnés entre autre dans la représentation luxuriante des fleurs, des arbres de vie que j’ai appelé ainsi grâce aux paroles de Mme Catherine Fell. Pour elle, ces « Arbres Boules donnent envie de s’y lover, s’y blottir confortablement ». On y retrouve une abondance des couleurs et lumière. Le Soleil est toujours bien présent, et les Cieux bien entendu. C’est un art qui intrinsèquement reste sans doute assez « naïf », en tous les cas, pour sûr … « prophétique et spirituel » au sens chrétien du terme. Oui, profondément ancré dans ma communion avec Dieu. Mon expression artistique est enracinée dans ma foi aux fondements bibliques. Mes tableaux sont inspirées de ce que je ressens en lien avec mon expérience de la Vie, celle de Dieu en tant que Créateur, que je reconnais comme mon Père. J’y incarne aussi ma relation et mon union avec Jésus-Christ, Son Fils qui est mon Sauveur, mon Seigneur, Lui qui vit en moi par son Esprit. J’y insuffle Sa liberté, celle du Paraclet, l’onction qui m’enseigne, me donne du sens dynamique & m’enthousiasme. Dieu, dans Sa nature et Sa vie au jour le jour, dans le prosaïque  … pas seulement lors de ce cancer … mais bien en amont lors des épreuves *** qui ont forgé le socle de mes convictions et ma passion pour la communion fraternelle, le partage, les rencontres, les alliances, la construction de ponts et enfin la créativité. Vivre dans les entrailles de Christ, c’est pour moi être reconnaissante jour après jour de Son amour et de Ses bienfaits : le couple, la famille, ma cellule de communion fraternelle, les frères et soeurs en Christ, les amis, le travail, les aventures du quotidien et lors de nos magnifiques voyages. Demeurer en Lui et Lui en moi pour porter du fruit qui demeure au siècles des siècles. Amen.

*** des épreuves … sujet abordé lors d’une interview donnée 1 mois environ avant le diagnostic du cancer

Inspiration & propos

Lors d’une week-end particulièrement habité par l’inspiration créative le 26 et 27 octobre 2019, le dimanche me vient en peignant une expression que j’ai imaginée : le « pixelisme » pour nommer le courant artistique dans lequel je me trouve depuis ma période Hymne à la Vie qui a commencé en 2018 avec l’annonce du double cancer du sein. Me revient aussi un autre libellé pour qualifier le type d’art qui me tient à coeur : l’ « art spirituel » car mes Arbres Boules dans les Jardins d’Essouira qui reviennent de manière récurrente sont comme ma « louange incarnée » sur cette terre. Cette 3ème expression m’est venue il y a plusieurs années en arrière. J’aime tant chanter et louer Dieu. Depuis des années, ma louanger personnelle s’incarne dans des expressions et actions diverses et variées … la peinture et la photo en sont des facettes.

Mais revenons au début :

Déjà à la fin de ma scolarité obligatoire, passionnée par l’art, j’ai traduit une partie d’un livre consacré à Auguste Rodin sur les thèmes de la muse et de l’inspiration dans ses œuvres. Ce qui m’a marquée de ce sculpteur, c’est surtout la persévérance dans son travail et l’inachevé qui forge le sentiment de vie.

Mon souhait est de faire émerger dans la peinture et les photos de la vie grâce mon usage des couleurs, des nuances, des fondus, des pointillés et de la lumière. Lors d’une épreuve comme la maladie, peindre s’est révélé composer l’une des facettes de ma résilience et ce, avec les chants de louanges. Un peu après, l’écriture est venue compléter ces deux expressions personnelles. Le tout ancré dans ma foi. Ce faisceau inspire et donne à la plupart de mes œuvres un aspect visuel « poétique » (terme utilisé par un enfant en voyant l’océan bleu d’une de mes peintures des cieux), éthéré, voire « prophétique » (au sens du verset : « Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console, 1 Corinthiens 14:3 ») et spirituel.

J’aime représenter ou symboliser la « nature » de Dieu. J’entends sa nature au sens propre comme au figuré. Dieu dans Son identité propre qu’Il veut nous partager et nous dispenser comme participants à sa nature divine, et aussi Son oeuvre créatrice dans la création (faune et flore) qui nous environne. Sa Vie et ses attributs divins y sont visibles et incarnés d’une merveilleuse manière. Sa vie est dispensée en moi et autour de moi. Il reste Lui, bien entendu le Dieu l’Eternel, la Tête souveraine. Pour ma part, je me reconnais comme l’une de Ses enfants et en tant que fille, je cherche à formaliser ce que je vois, ce que je vis, j’expérimente et ce que je ressens dans ma relation de communion avec Lui, grâce à Lui, en Lui, pour Lui. Je vis pour témoigner, être l’ambassadrice de Sa personne, Sa présence, Sa « personnalité » créative exprimées ici-bas dans mes peintures et mes photos. Je vis pour être une épître ouverte imprégnée de Sa plénitude pour bénir autrui.

Je suis fascinée par la notion de « Vie », de « Communion fraternelle » et de « Oneness » – se référer à Jean 17 – un mot difficile à traduire en français en-dehors du mot « Union » … et non pas unité (qui serait parfois uniquement une unité extérieure) alors que le mot union reflète plus ce qui est de l’ordre de la vie intérieure incarnée qui rayonne vers l’extérieur. Exactement le propre de ce qui est de l’ordre de l’Esprit de Dieu uni à notre esprit, et de ce que en Le contemplant à visage découvert, nous Le reflétons individuellement mais aussi collectivement dans Sa vie, Son amour, Sa paix, Sa grâce, Sa lumière et Sa joie. Ce sont en tous les cas ces convictions qui me poussent à créer, et notamment peindre, être une artiste de la Vie, une vocation, un appel auquel je réponds oui.

Muriel, écrit en 2019